Batman Arkham VR: le test

Vous rêviez de pouvoir vous glisser dans la peau de votre héros favori Batman ? C’est désormais possible grâce à ce jeu en réalité virtuelle sur Playstation. Celui-ci est sorti le 13 octobre 2016.

Jeu de réalité virtuelle : une sensation unique

Dans Batman Arkham VR crée par Rocksteady, le joueur n’est plus une pièce rapportée au jeu mais fait bel et bien partie intégrante du jeu. Ce Point’n’click est simple à utiliser. Batman est aussi praticable à la manette mais on le conseille vivement avec le casque VR pour plus de sensations ! Les mouvements nous viennent instinctivement et on ressent une immersion totale dans le jeu. On vous conseille de ne pas avoir le vertige ! Sensations garanties !
Les graphismes sont au top et nous donnent une réelle sensation d’immensité, on ne sait plus où donner de la tête ! Si vous descendez dans la batcave vous vous rendrez vite compte de cet effet.

Les voix et les musiques de fond nous transportent vers un univers si particulier que l’on n’aurait pas envie de décrocher notre casque.

batman vr

Disparition de Robin et Nightwing

Dès le début nous sommes plongés au cœur de Gotham city, dans un flashback où Bruce assiste au meurtre de ses parents Robin et Nightwing. Il devra enquêter sur leur disparition. Vous devrez bien entendu combattre des ennemis tels qu’Alfred ou le pingouin mais le jeu sera surtout basé sur la réflexion.

On a accès à trois gadgets avec des possibilités très intéressantes :

La Bat-griffe lui permet de se déplacer ou d’attraper des objets éloignés.
Le Scanner Médicolégal sert à chercher des indices afin d’élucider le meurtre des victimes retrouvées.
Le Batarang permet d’attraper des objets inaccessibles.

On trouve aussi que l’intrigue du jeu est assez noire et frissonnante. En effet, certaines scènes peuvent parfois être très réalistes et nous effrayer facilement.

Cependant, on peut regretter un manque de liberté dans le jeu. On doit absolument suivre la trame et on ne peut pas se permettre d’interagir avec le décor ou les personnages comme on le voudrait.
Parfois aussi, on aimerait assister aux déplacements du chevalier noir mais nous ne sommes pas invités à le suivre.

Malheureusement, la durée de vie est très courte. Comptez environ 1 heure pour terminer le jeu ! Néanmoins, vous pouvez recommencer l’expérience en vous essayant de vous améliorer…

On a aussi constaté quelques soucis de réactivité, certes rares mais qui peuvent freiner vos actions.

Mon avis sur le jeu Batman Arkham VR

En bref, le jeu est une véritable expérience que l’on vous conseille de vivre malgré sa durée de vie très limitée.

Firewatch : Présentation du jeu

Firewatch est un jeu lancé par le nouveau Studio Campo Santo dont l’un des fondateurs est le créateur de la série The Walking Dead. Il est disponible sur PC et PS4 depuis le 9 février 2016.

Firewatch : un jeu en long métrage

En 1989, au cœur du Parc de Yellowstone, on retrouve Henry : presque 40 ans, un peu déboussolé par les problèmes qu’il rencontre avec sa femme Julia. Il devient alcoolique et très soucieux de son avenir. Pour penser à autre chose, il trouve un job d’été en tant que garde forestier, il travaille avec Delilah sa patronne, avec laquelle il correspond par talkie-walkie. Celle-ci lui sera d’une grande aide autant pour son travail que pour sa vie personnelle.

Delilah et Henry : des discussions importantes

Les discussions sont très longues dans ce jeu mais elles ne sont jamais ennuyantes puisqu’elles sont pleines de moralité et d’humour à la fois. Le choix des réponses est multiple mais on remarque vite que cela n’influe aucunement sur le cours du jeu. Notons que la narration des textes est très appliquée et laisse le joueur interpréter sa version des choses grâce à sa propre expérience.

En effet, le jeu se déroule d’une manière lente et c’est bel et bien volontaire. Votre point de chute sera la tour de Two Forks qui vous permettra de surveiller les environs. Il n’y a pas de jauge de vie, le jeu ne repose pas sur ce point mais surtout sur votre capacité à suivre les ordres de votre guide Delilah via le talkie-walkie.

Il n’y aura donc pas beaucoup d’action dans ce jeu si ce n’est quelques escalades, tout reposera essentiellement sur la narration, malheureusement en anglais.

Firewatch Avis Jeu

 

Un travail technique

L’ambiance du jeu est sublime. Campo Santo nous plonge dans un autre Monde plein de lumières aux tons chauds. Le son est aussi d’une qualité irréprochable, la voix de Delilah est agréable et heureusement puisqu’elle nous parle énormément !

Mon avis sur Firewatch

L’histoire du jeu est intéressante et les personnages sont très attachants. Les discussions sont très enrichissantes. Cependant, le jeu est destiné à un public adulte et non pas à des jeunes en quête d’action.
Le décor est quant à lui magnifique, on assiste à de beaux spectacles de lumières.
Le jeu se termine très rapidement, compter environ 4 heures pour en voir le bout. Aussi, on peut faire le tour des 4 coins du jeu en environ 20 minutes ce qui est assez dommage.

Pokemon Go : Présentation du jeu

Vous en avez sûrement entendu parler cet été, Pokémon Go a fait un carton depuis sa sortie en juillet 2016. Vous avez sans doute croisé des personnes marcher dans la rue portable à la main, sans but précis et sans faire attention où ils allaient, et bien c’était certainement juste pour attraper des Pokémons !
Le jeu est disponible sur Smartphone et tablette.

Pokemon Go : Attrapez-les tous !

Au début de l’aventure, vous devrez personnaliser votre avatar et lui choisir sa coupe de cheveux, ses vêtements… Peu d’options s’offrent à nous pour le choix du profil de notre dresseur. Ensuite, vous devrez choisir quel Pokémon capturer en premier entre Salamèche, Bulbizarre et Carapuce.
Vous voilà désormais prêt à parcourir des kilomètres ! En effet, le jeu vous pousse à sortir de chez vous et marcher. Bonne idée pour booster votre activité physique !

Grâce au GPS de votre smartphone, l’application déterminera votre position géographique. Le graphisme est assez drôle et très bien fait à la fois, on a l’impression d’utiliser le Street View de Google Map ! Vous verrez vos rues transformées en mode dessin animé, et votre avatar se déplacera sur votre écran en même temps que vous.

Pokemon Go Smartphone

Capturer des Pokémons

Vous rencontrerez des Pokémons sur votre chemin, il faudra les capturer rapidement grâce à votre Pokéball. Pour ce faire, glissez votre doigt en direction du cercle vert. Ça y’est vous l’avez ! Plus vous attraperez de Pokémons et plus vous aurez de poussière d’étoiles et de bonbons ! Cela permettra de nourrir vos Pokémons pour qu’ils aient plus de force durant leurs combats en arène, ils gagneront ainsi des points de combats appelés CP.

Pokemon Go : Le jeu de l’année 2016

Indémodable depuis 1996, Pokemon a bercé notre enfance. Mais comme vous l’avez compris ce succès ne s’est pas essoufflé avec les années avec des millions de téléchargements.
Niantic Labs a séduit dans les quatre coins du Monde avec ce jeu. Cependant, la Chine ne souhaite pas se joindre à la partie en refusant de commercialiser le jeu. En effet, suite aux trop nombreux accidents qui se sont produits, le pays voit cette application comme une menace pour la sécurité de ses habitants.

Un accessoire a même été créé : La Pokemon Go Plus qui est un bracelet connecté qui vibre lorsque vous rencontrez des Pokemons.

Néanmoins, il semblerait que le phénomène Pokémon s’essouffle et qu’il se fasse rattraper par le petit nouveau de Nintendo : Super Mario Run.

Fan des jeux Pokemon? Découvrez ce site spécialisé dans la Pokemon Mania.

Nintendo Switch : la sortie

Le 20 octobre 2016, Nintendo a dévoilé la future sortie de sa nouvelle console Nintendo Switch en mars 2017. L’entreprise a seulement publié une vidéo de 3 minutes afin de laisser le suspens mais elle promet quelque chose d’innovant.

Nintendo Switch, une console hybride 2 en 1 

Nintendo souhaitant rester discret et ne pas communiquer sur le sujet, nous avons peu d’informations sur cette nouveauté. Cependant, il est sûr que la console sortira de l’ordinaire. En effet, il sera possible de transformer la console de salon en une tablette en seulement quelques secondes grâce à deux manettes détachables, appelées « Joy-con ». La Switch sera donc transportable partout où vous le souhaitez : dans la rue, en voiture ou bien en avion.

La qualité d’image sera équivalente à celle d’un téléviseur, vous jouerez donc en très haute définition.

Avec un écran 720p, 4Go de RAM et 32Go de mémoire interne, la nouvelle console ne se distingue pas parmi les meilleures au niveau de sa puissance. Difficile de dépasser ses concurrents. Cependant, elle sera plus hybride et ludique que d’autres.

Transformer la console en tablette

Il suffira de détacher la console de son socle pour que celle-ci passe en mode portable en veillant à ce que les Joy-con soient bien clipsés. La console fonctionnera avec des petites cartouches de jeux qui seront plus pratiques à emporter et qui auront également une capacité de stockage plus importante. Notons cependant que celles-ci seront incompatibles avec les jeux de la DS3 et de la Wii U. Des rumeurs parlent pourtant d’une compatibilité avec les jeux de la GameCube.

Vous pourrez aussi poser l’écran de la même manière que vous poseriez un cadre sur une table et jouer avec les Joy-con en guise de manettes.
Il vous sera aussi possible de jouer en mode multijoueur local entre amis, en vous retrouvant chacun muni de sa console.

 

Nintendo Switch

Les jeux disponibles

On ne connaît pas entièrement la liste qui sera proposée mais ce que l’on sait est que l’on retrouvera forcément l’incontournable Just Dance 2017, The Legend Of Zelda, les Dragon Quest X et XI, Mario Kart, Super mario et Project Sonic 2017. Malheureusement, on ne retrouvera pas de jeux de courses tels que Need for Speed.

Switch, bientôt plus d’informations

Nintendo propose de suivre la toute première présentation officielle de la console le 13 janvier à 5h en direct depuis Tokyo. On en saura davantage sur les fonctionnalités de la console hybride ainsi que sur son prix et sa date de sortie. Patience, il ne reste que quelques jours !

Test du jeu Wii : Super Mario Color Splash

Ce jeu de type aventure et puzzle-game édité par Nintendo est sorti en 07 octobre 2016. Dans ce cinquième opus de la série Mario, on a droit à un univers entièrement conçu de papiers et de cartons et qui introduit un élément nouveau : la peinture ou la couleur.

Présentation du jeu Super Mario color splash

Dans cet univers, on dirige un Mario équipé d’un marteau splash, qui lui permet de déposer de peinture sur les spots décolorés de l’ile barbouille et de taper sur les ennemis. Le même instrument lui sert ainsi de création du passage à travers le décor. Il peut également lui servir de rouleau compresseur ou de fer à repasser pour niveler le sol ou pour défriper un Toad. En chargeant de peinture les 99 cartes de combats existantes, Mario finirait par résoudre les problèmes de Toads Blancs. En effet, des maskaas ont aspiré la couleur de la population des Toads, les murs, la ville etc. Pour lui rendre sa couleur il frappe avec son marteau et pour faire des attaques spéciales sur ses ennemis et les caisses, il se sert des cartes. Si on manque de cartes, il faut repeindre l’univers et tuer les ennemis tout en débloquant la première arène. Mais au début on peut également en faire l’achat auprès d’un vendeur de la ville. En repeignant toutes les « taches blanches » d’un niveau, Mario arrive à faire un déplacement d’un point à l’autre du niveau tout en débloquant les musiques. A chaque fin de combat, on obtient aussi des récompenses, des pièces, des points pour l’amélioration du réservoir de la peinture. Enfin, sur la place principale de la ville, ceux qui souhaitent compléter le jeu auront à récupérer 1000 pièces d’or, faire l’achat de 200 cartes, et peinturlurer tous les spots de l’univers.

test-mario-color-splash-1

Critique du jeu Wii U Super Mario color splash

La patte graphique est magnifique. Le jeu est beau, et très coloré. Par ailleurs, la bande sonore est divertissante et l’univers Mario color splash est unique. Les environnements sont variés et ne se répètent pas. Bien que le gameplay manque d’originalité, il est intéressant et a une durée de vie assez longue. Au bout d’une 15 à une vingtaine d’heures, on est encore loin de la fin, alors qu’on a déjà engrangé 4 étoiles sur les 6 existantes. Le jeu n’est pas aussi très difficile car son système de combat est intuitif. Si Super Mario Color splash n’offre pas un côté rpg comme les autres opus, il peut devenir addictif. On se réjouit à écraser ce qu’on trouve sur son chemin. L’humour est également au rendez-vous par exemple avec le cochon tirelire qui simule de break dance. D’autre part, le choix des cartes au combat exige des stratégies mais n’est pas aussi simple qu’on le croit. En fait, le soft est un croisement entre Splatoon et Paper Mario Sticker Star. Côté négatif, on ne trouve que des Toads pour les Pnj et il faut refaire le même niveau pour rechercher les étoiles de couleur. Des fois, on a également l’impression de tourner en rond. Mais le jeu en lui-même mérite l’intérêt avec ses bonus délirants et ses batailles à la carte.

Présentation du jeu Battleborn

Quand on se réfère à Gearbox Software, on pense immédiatement au développeur derrière Battleborn. C’est ce jeu de genre FPS qui vient de sortir en salles en France le 03 mai 2016 et qui a su faire la fusion entre Shooter et MOBA. Si le développeur a l’habitude de côtoyer les films cartoon ou des jeux tel que de sports Ps4, ici son titre se rapproche d’un nouveau look ayant un trait avec Borderlands 2. Le jeu tire ainsi ses inspirations dans les expériences des studios dans les combats en équipe avec un mode multi-joueur.

Présentation du jeu Battleborn

Une bande de héros (25 en tout) détenant d’extraordinaires pouvoirs combat pour protéger la dernière étoile de l’univers baptisée Solus. Celle-ci est tombée sous la menace d’un mal mystérieux (le sombre Rendain). Une panoplie d’armes et de personnages sont à disposition du joueur pour cette bataille : vampires samouraïs, des hommes-oiseaux, des brutasses armés, des elfes archers… Ils peuvent choisir le style corps-à-corps, ou tirer à distance ou encore faire de la magie… Le jeu est jouable en solo ou en coopération multi. Dans l’univers chaotique intergalactique de Battleborn, cinq  ligues font alliance pour la survie de Solus : la guérisseuse Eldrid, la force militaire Jennerit, la LLC, le défenseur des pacificateurs et les Renégats. C’est au sein de ces groupes qu’on retrouve les 25 super-héros qui n’ont aucune ressemblance entre eux. Ces derniers sont classifiés selon leur rôle en catégories attaquants, éléments de défenses ou éléments de soutien. Chacun dispose d’un arsenal qui lui est propre et que le joueur peut upgrader à chaque mission à travers le système Hélix. Le but du jeu c’est de traverser les niveaux et assainir les zones infestées d’aliens pour parvenir au boss de la fin de niveau.

battleborn-avis-jeu

Critique du jeu

Le premier contact avec le jeu peut-être difficile pour un gamer manquant de flexibilité et de renouvellement. Il peut jouer sans but ni fin sans jamais parvenir à bout de l’une des 8 missions. La prise en main tourne d’abord autour d’une mission prologue incontournable, qui permet de débloquer les autres menus. Sinon, après la prise de contrôle de l’un des protagonistes du casting, après avoir échappé au menu, on peut effectuer divers objectifs qui ne sont pas forcément diversifiés sur la durée. Par ailleurs, le mode histoire n’offre pas la possibilité de rejouer à toute épreuve. La routine et la répétition sont au rendez-vous, et pour diversifier le jeu, il n’y a que la solution de changement de mode difficulté ou personnage (mais on ne peut pas personnaliser les personnages). Le jeu ne permet pas ainsi une utilisation plus stratégique. Le mode solo est également à déconseiller à cause des missions redondantes qui finiront par lasser le joueur. Mais en jouant à coop, il est possible de se servir des complémentarités de personnages et du séduisant mode « incursion ». Sinon, les boss à la fin peuvent faire figure de ténacité selon le mode de difficulté qu’on a choisi, et on peine à avancer. Mais en fin de compte, au bout d’une trentaine de minutes pour les amateurs, ils peuvent tuer le boss final de la mission.

Test du site Casino Cresus

Les jeux d’argent en ligne représentent le summum du divertissement. Le plaisir de jeu est au rendez-vous et il est possible de corser les choses en misant de l’argent.

Personnellement, j’aime beaucoup les casinos en ligne à cause de tous les avantages pratiques qui viennent avec. Bon, j’ai mes petites habitudes quant à ce qui est du choix, mais dernièrement, j’ai essayé ce site. Je peux, maintenant, vous parler librement de ce que ça a donné.

Sur l’aspect

L’interface est la première chose qui m’a attiré quand je suis aller visiter le casino Crésus. Déjà le fond vert qui rappelle le tapis des tables de jeu donne déjà l’eau à la bouche et est comme un synonyme de chance.

Il y a aussi les billets de 100 dollars qui ornent le tout comme un signe annonciateur de victoire. Dès l’entrée sur le site, on se fera fusiller du regard par un éphèbe aux cheveux bouclés avec son air narquois. Son costume-cravate de bonne qualité laissera, ensuite, place à un décor flouté avec une salle cosy avec une table de roulette ce qui donnera déjà envie d’en découdre.

Quand on dit jeu, on dit toujours belle jeune femme, et évidemment, au premier plan, on verra une jolie croupière à l’épaule dénudée qui nous sourira avec ses mains sur les hanches. Cet air coquin accentue, d’ailleurs, l’effet de jeu.

Les salles de jeux

Une fois sur le site du casino Crésus, j’ai pu disposer de trois modes de jeu si je puis dire ainsi. En fait, il y a trois colonnes que j’ai pu filtrer par « nouveau jeu », « les jeux populaires » et « les machines à sous 3D ».

J’ai quand même été ravi de voir que les jeux ont été édités par trois grands noms dans le domaine à savoir PlayNGo, BetSoft et NYX. Il n’y a donc aucune raison à ce que les amateurs de jeux soient déçus par l’expérience offerte par le casino Crésus.

En plus, il y a une démo qui permettra de tester le jeu. Bien sûr, jouer en réel est possible et c’est ce que j’ai fait directement puisque je n’aime pas vraiment les jeux incomplets. En plus, la diversité est tellement accrue quant à ce qui est des thèmes que je ne pourrais les citer ici. Sinon, si l’on va directement sur le site, on verra que la salle des jeux de Table est verte et on parle de table de poker, de blackjack, de roulette, de baccarat ou encore de Carps.

Des bonus partout

Étant un habitué des casinos en ligne, je sais parfaitement qu’il y a des bonus à peu près toutes les minutes quand on joue sur ces sites. Bon, même si j’exagère un peu, c’est à peu près ce que j’ai pu voir sur le casino Crésus. Avant tout, il y a le bonus de bienvenu qui va jusqu’à 100 % lors du premier dépôt allant jusqu’à 100 euros.

Il n’y a pas de mises nécessaires avant de pouvoir retirer ses gains. Par contre, pour retirer le montant du bonus, il faudra miser au moins 60 fois. Il y a aussi la « surprise party » qui fera monter les gains de 50 % sur les dépôts lors du happy hours surprises. Il y a aussi le 7 à 7 mobile du Lundi qui fera le bonheur de tous les utilisateurs de mobile de 7 h du matin jusqu’à 19h.

Présentation Need for Speed 2015

Need for Speed a depuis toujours été jugé pour être le meilleur des jeux de course. Avec l’arrivée de la version de novembre 2015, les fans des jeux motorisés ont enfin trouvé ce qu’ils attendaient. Mis à part la mise à jour des voitures, la customisation a aussi été revisitée. Ce qui a donné un résultat final satisfaisant et donc très apprécié.

La jouabilité de Need for Speed 2015

Comme dans les versions précédentes, le principe du jeu est tout d’abord de faire des courses avec un vaste catalogue de véhicule. Cependant, plusieurs règles y sont disponibles pour ainsi donner un résultat complet. Les épreuves se répartissent sur plusieurs types de courses. Il y a l’épreuve de sprint, contre-la-montre, drift et gymkhana. Au cours de la carrière, le joueur devra affronter les légendes de course dominant la ville fictive de Ventura Bay. On reconnait très facilement le nom de Ken Block, Magnus Walker, Nakaï San et Morohoshi qui domine chacun une zone spécifique. Comme certaines des versions précédentes, les épreuves se déroulent uniquement pendant la nuit. Néanmoins, les particules se jouant sur la pluie permettent une vision très éclairer même dans les zones très sombres.

2015-need-for-speed

Véhicules et customisation

La plupart des véhicules ont été gardés pour la raison qu’ils ont particulièrement été appréciés sur les séries précédentes. Cependant, ce vaste catalogue a subi une mise à jour qui s’ouvre, bien évidemment, sur des nouveautés. Cette nouvelle liste a été choisie stratégiquement pour pouvoir plaire au grand public. Les joueurs pourront acquérir plus de voitures au fur et à mesure qu’ils gagneront des points de réputations. En progressant dans le jeu, il est également possible de faire de la customisation. Que ce soit sur l’aspect visuel ou sur les caractéristiques mécaniques, on peut très bien apporter d’éventuelles modifications. Les concepteurs de Need for Speed ont également réétudié ce côté pour pouvoir donner plus de liberté aux joueurs. Néanmoins, un réglage pneumatique a aussi été ajouté pour s’adapter à tous types d’épreuves. Effectivement, les conduites pendant les drifts sont totalement différentes par rapport aux autres styles de courses.

Qualité graphique et plateforme

Vu qu’il est sorti en 2015, les générations de jeux de cette année sont toutes très performantes sur le graphisme. Avec le moteur graphique Frostbite 3, cette version de la série Need for Speed offre incontestablement la meilleure qualité sur ce point. Les impacts reflètent pour ce jeu une réalité presque semblable, vu qu’ils ont été réétudiés. Bien que les épreuves se passent pendant la nuit, on peut très bien identifier les dégâts lors des collisions. Pour un PC assez puissant, le réalisme de ce jeu ne laissera personne indifférent. Néanmoins, comme tous les autres jeux de course, y jouer via une manette sera la meilleure alternative. Comme les DVD pour les PC, des disques Blu-ray de Need for speed 2015 existent également. Les joueurs sur la PlayStation 4 de Sony et de Xbox One de chez Microsoft pourront également y jouer. C’est d’ailleurs sur ces 2 consoles que l’on verra la première commercialisation de ce titre.

Et si vous recherchez encore plus de vitesse, testez la descente en snowboard, ce jeux de sensations fortes en montagne.

Inside : ce que l’on retient du titre de l’année

La sortie de Limbo nous avait donné une idée de ce que Playdead avait en réserve. En 2016, la compagnie revient avec Inside, un jeu qui met encore une fois tout le monde d’accord. Nommé jeu de l’année par les sites de référence, ce nouveau titre a fait sensation après du public mais aussi après des professionnels qui tremblent devant les performances de Playdead. Digne héritier de Limbo, ce second opus mise sur la même formule qui a fait le succès de ce dernier. Cette fois encore, les danois font mouche et marquent le monde du jeu de plateforme.

Inside : dans le bain directement

Quelques minutes suffisent pour rendre le joueur accro à Inside. Comme Limbo, le titre ne comporte aucun texte, aucun dialogue. Le style minimaliste est une fois de plus de rigueur, privilégiant une immersion complète qui a pour but d’inciter le joueur à se concentrer sur ses objectifs. Et comme son prédécesseur, Inside joue sur l’efficacité pour marquer sa différence. D’entrée de jeu, l’univers du jeu interpelle et rappelle les penchants glauques de la maison. Le voyage dans lequel il faut guider les personnages se révèle être une expérience à part entière. Les premières minutes d’Inside laissent donc le joueur s’habituer à une ambiance lugubre que les mises en scène exploitent à leur maximum. Le ressenti des gamers est sollicité à toutes les étapes, autant par une musique d’ambiance qui rappelle le sordide des situations.

limbo-developer-inside

Rien que le speech de départ du jeu laisse deviner que la suite n’aura rien de rose. L’univers dark est personnifié dès les premiers instants par une forêt qui n’est pas de nature à rassurer les moins courageux. Le jeune garçon qui exprime alors son envie d’aventure annonce la suite, promettant d’entrainer le joueur dans des ténèbres où la folie guette les plus téméraires. Si Limbo nous a appris quelque chose, c’est bien qu’il ne fallait pas se fier au côté minimaliste que Playdead affiche et qui ne présage jamais rien de bon. Inside confirme cette tendance, et nous montre que les univers les moins fournis sont aussi ceux qui ont le plus travaillé l’imaginaire.

inside-ps4

Une valeur sûre

L’apparition soudaine de gardes fait suite à l’intrusion dans la forêt, faisant comprendre que le jeune héros se balade dans une zone interdite au public. Le but du jeu est ici de rester hors de la vue de ses poursuivants. Il est alors indispensable que le petit personnage continue à avancer, donnant une impression de chercher une porte de sortie à cet enfer où il s’est fourré. Le point fort d’Inside est de jouer avec les nerfs des gamers. Aucune explication n’est donnée pour justifier le but de ce jeu qui semble sans queue ni tête. La narration reste silencieuse jusqu’à la toute fin, laissant le joueur se créer sa propre histoire. Pourtant, cette narration n’est pas inexistante, puisqu’elle se présente sous la forme de petits indices dissimulés çà et là. Un coup de maitre de la part de Playdead qui montre qu’un excellent jeu n’a besoin que du strict minimum pour séduire son public.

Doom sur PlayStation 4, un jeu de tir qui n’a pas raté sa cible !

Classé comme le jeu de tir le plus sensationnel de cette année, Doom sur PlayStation 4, est le petit bijou d’ID Software, le dinosaure des jeux de tir à la première personne. D’ailleurs, il a mis le plein d’agressivité et de brutalité dans un jeu sur console doué de plus de modernité et dans la forme.

Sorti en mai dernier, Doom fera vibrer plus d’un dans sa console tellement le jeu s’offre dans la meilleure allure avec laquelle peut se présenter un jeu vidéo de tir à la première personne. Découvrons tout ceci de plus près.

doom-ps4

Plus de modernité avec Doom sur PS 4

Le nouveau Doom sur PlayStation 4 est nourri d’une brutalité et d’une violence inouïe qui fait le charme et l’identité singulière du jeu vidéo également. En effet, on y trouve des adversaires sans pitié, prêts à vous arracher la tête sans aucune forme de politesse avec un environnement graphique très impressionnant dont la vraisemblance est la preuve irréfutable de la modernité de Doom sur PS4.

Doom propose des combats avec des démons maléfiques à la force surnaturelle, mais aussi des combats avec d’autres joueurs dans le mode multijoueur qui rend la partie beaucoup plus passionnante entre deux passionnés des jeux à tir à la première personne. Avec de telles bases et des fondements pareils, Doom ne peut qu’attiser la curiosité des fans et des apprentis également.

doom-ps-4

Doom, le comble du Gore sur PS 4

Le nouveau Doom annonce une nouvelle identité sur console de jeu comme la PlayStation avec une atmosphère gore, suscitant de l’épouvante mêlée à de l’excitation par le sang abondamment versé dans le jeu. En ayant aux commandes le Docteur Hayden, la trame du jeu plonge le gamer dans une atmosphère encore plus nauséabonde que l’état de santé du personnage principal, victime d’un cancer cérébral au stade terminal.

Dans la quatrième version du jeu, VEGA, l’intelligence artificielle est plus présente au milieu de démons encore plus terrifiants et terrorisants, même pour un mort-vivant suicidaire qui tire sur tout ce qui bouge.

Doom sur PlayStation 4 est probablement l’épisode le plus épouvantablement gore de toutes les versions de ce jeu sur console avec au menu, du sang qui gicle de partout et des adversaires indomptables à dominer sur différentes arènes.

doom-monstre

Le troisième Opus d’ID Software est une réussite sur tous les égards avec de la violence, du suicide en missions et de la folie afin de repousser des invasions de démons sur Mars. Doom sur PS4, sorti en mai 2016, est un reboot dont jouissent tous les fanatiques du fameux style de jeux de tir à la première personne et qu’ID Software est simplement le pionnier.

Doom défend très bien son style et en fait une identité propre, car il s’y est accroché pour assurer une satisfaction sur-mesure des fans de ce classique qui ne mourra jamais.