battleborn-jeu-avis

Quand on se réfère à Gearbox Software, on pense immédiatement au développeur derrière Battleborn. C’est ce jeu de genre FPS qui vient de sortir en salles en France le 03 mai 2016 et qui a su faire la fusion entre Shooter et MOBA. Si le développeur a l’habitude de côtoyer les films cartoon ou des jeux tel que de sports Ps4, ici son titre se rapproche d’un nouveau look ayant un trait avec Borderlands 2. Le jeu tire ainsi ses inspirations dans les expériences des studios dans les combats en équipe avec un mode multi-joueur.

Présentation du jeu Battleborn

Une bande de héros (25 en tout) détenant d’extraordinaires pouvoirs combat pour protéger la dernière étoile de l’univers baptisée Solus. Celle-ci est tombée sous la menace d’un mal mystérieux (le sombre Rendain). Une panoplie d’armes et de personnages sont à disposition du joueur pour cette bataille : vampires samouraïs, des hommes-oiseaux, des brutasses armés, des elfes archers… Ils peuvent choisir le style corps-à-corps, ou tirer à distance ou encore faire de la magie… Le jeu est jouable en solo ou en coopération multi. Dans l’univers chaotique intergalactique de Battleborn, cinq  ligues font alliance pour la survie de Solus : la guérisseuse Eldrid, la force militaire Jennerit, la LLC, le défenseur des pacificateurs et les Renégats. C’est au sein de ces groupes qu’on retrouve les 25 super-héros qui n’ont aucune ressemblance entre eux. Ces derniers sont classifiés selon leur rôle en catégories attaquants, éléments de défenses ou éléments de soutien. Chacun dispose d’un arsenal qui lui est propre et que le joueur peut upgrader à chaque mission à travers le système Hélix. Le but du jeu c’est de traverser les niveaux et assainir les zones infestées d’aliens pour parvenir au boss de la fin de niveau.

battleborn-avis-jeu

Critique du jeu

Le premier contact avec le jeu peut-être difficile pour un gamer manquant de flexibilité et de renouvellement. Il peut jouer sans but ni fin sans jamais parvenir à bout de l’une des 8 missions. La prise en main tourne d’abord autour d’une mission prologue incontournable, qui permet de débloquer les autres menus. Sinon, après la prise de contrôle de l’un des protagonistes du casting, après avoir échappé au menu, on peut effectuer divers objectifs qui ne sont pas forcément diversifiés sur la durée. Par ailleurs, le mode histoire n’offre pas la possibilité de rejouer à toute épreuve. La routine et la répétition sont au rendez-vous, et pour diversifier le jeu, il n’y a que la solution de changement de mode difficulté ou personnage (mais on ne peut pas personnaliser les personnages). Le jeu ne permet pas ainsi une utilisation plus stratégique. Le mode solo est également à déconseiller à cause des missions redondantes qui finiront par lasser le joueur. Mais en jouant à coop, il est possible de se servir des complémentarités de personnages et du séduisant mode « incursion ». Sinon, les boss à la fin peuvent faire figure de ténacité selon le mode de difficulté qu’on a choisi, et on peine à avancer. Mais en fin de compte, au bout d’une trentaine de minutes pour les amateurs, ils peuvent tuer le boss final de la mission.

Related Posts

Le jeu Call of Duty WW2

Avis jeu 2016 : Call of Duty Infinite Warfare

Qu’est-ce qu’un pari e-sportif ?

Stick It To The Man! Un Télépathe en Carton ? Notre Test

Prey un jeu que j’aime bien

PaRappa the Rapper Remastered : Le rappeur qui a du Chien !